2 mois aux Philippines – Episode #7

Vu qu’ils annonçaient un typhon la veille de notre départ, inutile de vous dire que l’on suivait le bulletin météo de très très près. Tout va bien !! Le typhon est passé la veille avec fermeture de l’aéroport de Manille, ce qui est super rare . Juste 1 heure de retard entre Bali et Manille. Ils sont fort ces Philippins. Nous sommes en ce moment à Palawan et pas de vent, ni pluie ce qui est rare après un typhon.

A peine arrivée à Puerto Princesa  (la capitale de Palawan… enfin disons plutôt le plus grand village de Palawan), nous nous sommes dirigés directement au bureau de l’immigration pour proroger notre visa d’un mois. Nous avons jusqu’à début février pour visiter Palawan et rentrer par les îles sur Manille. Durée de la prorogation du visa ? En 20 minutes, c’était fait !! Le plus dur a été de trouver un magasin qui faisait des photocopies du passeport. Le bureau de l’immigration se trouve dans un centre commercial tout neuf.

Un concours de chants ou de danses des enfants.. du village ? De l’île ?

Lorsque nous sommes arrivés, il y avait un concours de chants ou de danses des enfants.. du village ? De l’île ? Nous n’avons pas trop compris si c’était un concours avec l’école ou avec les scouts ou encore les scouts à l’école . On sait juste que l’on était en pleine semaine et qu’il y avaient des centaines d’enfants qui participaient au concours et que ça durait plusieurs jours ! En fait, c’était censé durer du 4 au 8 décembre mais le 7 et le 8 étant le week-end, ben il n’y avait pas de concours. Ben, les enfants n’étaient pas tous doués et la sono était horrible!! Le son était saturé et à fond dans un environnement style piscine. Je ne vous dis pas les oreilles et surtout la tête de Dan, lui qui aime tant la musique. Dommage, je n’ai pas de photos de sa tête à ce moment-là mais croyez moi, ça valait le coup d’œil !!

Le marché… toute une expérience !

Le lendemain, visite de la capitale… heu, enfin du plus grand village de Palawan!!Direction le marché, c’est ce qu’il y a de plus typique ! Les gens sont tous surpris de nous voir. Les touristes doivent tous partir dans les îles aux alentours car nous sommes les seuls européens. Nous sommes l’attraction du marché ! Le marché… toute une expérience ! Il y a ses différentes allées avec des étalages entiers de fruits, d’épices, de riz  (évidemment !!), de viandes , de poissons  … mais surtout un mélange d’odeur… heu étonnant? … heu plutôt écœurant ! Mais j’adore !!

Un peu moins le rayon des poissons quand tu es en tong et que tu en as pleins les pieds !! Ensuite, direction la « Cathédrale de l’Immaculée Conception » puis de la plaza  cartel avec son fort de la 2ème guerre mondiale où des prisonniers américains se sont fait exterminés par les Japonnais (c’était la séquence historique !! . Enfin, maintenant, c’est plutôt un joli jardin où se promènent et se reposent les Philippins.)

Après cet intermède historique, nous nous sommes dirigés vers « Bay Walk ». C’est un mélange de la « Croisette » et de la « promenade des anglais » à la sauce Philippine. C’est là que se rejoignent les écoliers après l’école, que les Philippins se promènent en bord de mer et prennent un petit verre pour se détendre. Il y a aussi pleins de restaurants.

En ce moment, c’est fête car Noël approche !! Du coup, tous les soirs, il y a des animations. L’autre soir c’était karaoké à la sauce militaire !! Je ne savais pas que les militaires philippins savaient si bien chanter !! Ils assurent en rap les militaires. Ils faisaient aussi du rock… un peu tous les genres en fait !!

Nous sommes arrivés hier à Roxas, une toute petite ville. Les gens ici n’ont pas l’habitude de voir des touristes et sont même étonnés que des européens viennent dans leur village. Le village est paisible. Nous sommes arrivés un dimanche et tous les enfants étaient en train de jouer dans les rues

Petite anecdote qui m’a fait beaucoup rire ce soir à l’apéro.

Les enfants Philippins, ici, sont super curieux. Du coup, ils n’arrêtent pas de nous demander nos prénoms. Pas toujours évident de les prononcer pour eux. Du coup Valentin nous dit : Faut vraiment que je trouve un nom typiquement asiatique!! Je sais pas … du genre John ! Et là, grosse crise de rire. JOHN ???!!! Typiquement asiatique !? Ça nous a pris au moins 5 minutes pour nous en remettre. Après explication, on a mieux compris !! C’est sûr, JOHN, c’est beaucoup plus facile à prononcer que Valentin… par contre, on est tous d’accord, ça fait pas très asiatique.

Après notre petit séjour à Roxas, nous avons pris le chemin de Port Barton. Pour se faire, nous avions demandé conseil à la propriétaire de notre hôtel. Pas 36 solutions, il faut prendre un « Jeepney » car pas de bus. Autre solution, prendre un van privé mais c’est plus cher !! C’est parti pour le Jeepney.

Qu’est ce qu’un Jeepney?

jeepney vue de l exterieur

C’est une sorte de mini bus sans fenêtre avec pare brise qui tient avec un morceau de bois et tout le monde s’entasse. Le but étant de le faire partir le plus plein possible. Quand je dis plein, c’est plein de monde mais pas que… pleins de victuailles, pleins d’objets et ustensiles allant du frigo à la planche de bois, de la tige de ferraille pour la construction aux matelas… et j’en passe !! Bien sûr, il y avait aussi nos bagages !! J’espère juste qu’ils n’étaient pas sous le frigo !!

En conclusion, le Jeepney, c’est 100% de place optimisée à l’intérieur, avec 1 mètre de chargement en hauteur sur le toit et 3 pauvres gars assis dessus pour maintenir le tout. Là, pas de « chef Jeepney » pour calculer la masse et le centrage. J’aurais pourtant préféré car c’est sûr, on était en surcharge et vu comment on  penchait méchamment sur l’arrière, j’opterais pour un centrage maxi arrière à la limite du hors centrage. Je ne vous dis pas les douleurs un peu partout au bout de 3 heures !! Ben oui, 3 heures alors qu’il n’y a que 45 minutes de trajet.

  • Obligation d’arriver en avance si tu veux une place ! Le premier arrivé, le premier servi, c’est la devise.
  • On arrive donc à 10h15 pour un départ initial à 11h30 qui s’est finalement modifié à 12h très rapidement
  • Début du chargement des passagers mais rien d’affolant car il est encore tôt
  • Départ du Jeepney à 11h. Tiens, on devait pas partir à 12h… Ou 11h30

On est content car plein de places dans le Jeepney et on part en avance

  • 1er arrêt pour changer les freins. C’est plutôt rassurant, non?
  • 2ème arrêt pour prendre des planches et tiges de ferraille
  • 3ème arrêt pour prendre le frigo
  • ..
  • 15eme arrêt pour rejoindre la gare routière (notre lieu de départ. Tout ça pour ça et la foule de passagers qui attend.
  • Une demi heure pour charger les œufs, le riz, les fruits là où il y a de la place

Finalement départ à 12h15 Vu tout ce que l’on a chargé, ça aurait pu être pire !! Le plan ne devait pas être si mauvais tout compte fait !!

Nous ne sommes même pas partis que l’on sue à grosses gouttes (35 degrés sans bouger avec des passagers collés les uns aux autres !! Autant vous dire que la prochaine fois que je voyagerais en classe économique chez Air France, ce sera un pur bonheur !!), je ne m’éternise pas sur le mal de fesses sur les banquettes en bois…Le pire, finalement, a été de sortir du Jeepney, lorsqu’il a fallu se « déplier ».

Enfin arrivé à Port Barton ! Comment décrire Port Barton?

Enfin arrivé à Port Barton ! Ouf ! Pourquoi cette halte à Port Barton?

A peine arrivé que l’on nous dirige vers un kiosque pour s’inscrire et payer la taxe economique touristique !! Ils auraient quand même pu attendre sur l’on récupère nos bagages quand même !! Après cette superbe balade en Jeepney. Car dans la majorité des blogs que nous avons lu, on nous vendait Port Barton comme un endroit fabuleux, pas encore prisé par les touristes donc encore authentique. A priori, les sorties snorkeling sont moins chers que dans le nord et tout aussi jolies ! Plutôt alléchant comme programme, non ? Dès notre arrivée, on s’est rendu compte qu’avec ce qui c’était dit dans les blogs, notre imagination s’était un peu trop emballée.

C’est un petit village (voir hameau) de pêcheurs installés sur une plage de cocotiers qui a été envahie en trop peu de temps par une horde de touristes. Conséquence : 2 rues parallèles à une plage de 1km de long sur lesquelles ont été construites à la hâte des espèces de pauvres cabanes presque insalubres pour loger des touristes à un prix inacceptable. Le village en lui-même est assez sympathique (même si certains endroits ressemble carrément à des décharges!!) mais les habitants nous voient déjà comme des dollars ambulants.

Après l’accueil chaleureux de Puerto Princesa et de Roxas, l’arrivée à Port Barton a été assez dure. Dommage, on a réservé pour 4 jours. On sait que notre balade en snorkeling sera sympathique ! Les fonds marins sont réputés et la vue de la plage est vraiment belle avec ses petites îles éparses. Et ce fut le cas !! Sortie en mer vraiment bien ! Une eau translucide avec une couleur turquoise à tomber !!

Les coraux sont encore vivants avec toutes leurs couleurs allant du vert au bleu en passant par le rouge ! Une petite tortue se prélassait gentillement dans les fonds marins. D’ailleurs, nous avons mangé sur une petite île paradisiaque qui protégeait les œufs de tortues. Les nids étaient étiquetés en fonction de la date de ponte. Cette balade en mer nous a réconciliés avec le petit village.

Les soirs, à Port Barton, sont assez sympas (peut être parce que l’on voit pas les logements de misères aux alentours). Le village est éclairé avec des lumières douces et colorées (après tout, c’est bientôt Noël !) et de la musique d’ambiance (rien de criard) se joue dans tous les bars. Bien sûr, tous les soirs, c’était apéro en bord de plage avec un petit musicien qui jouait de la guitare et qui avait une voix mielleuse. On ne peut quand même pas se plaindre, pas vrai !!

Finalement, au fil des jours (ou des soirées), nous nous sommes fait à ce petit village de pêcheurs. Je crois que l’on a vraiment commencé à l’apprécier quand Valentin (heu, je veux dire John) a sorti son diabolo et qu’il est devenu l’attraction de la plage !! Tous les enfants étaient subjugués et d’ailleurs il n’y avait pas que les enfants ! Pour une fois, nous n’étions pas que des dollars et la conversation s’est enfin ouverte. Comme je vous l’ai déjà dit, les Philippins sont super curieux donc la communication s’est faite par le regard au début puis par les mots ensuite. Il y en a pas mal qui ont essayé le diabolo et cela les a beaucoup fait rire car ils se moquaient les uns des autres !! N’en doutez pas, le Philippin est moqueur !!

Direction San Vincente

Après Port Barton, direction San Vincente. C’est à 14 km de Port Barton ! Par contre, pour y aller, 3 solutions

  • Repartir sur Roxas en Jeepney  puis reprendre un bus (un vrai si, si, ça existe)  pour retourner à Puerto Princesa. Ensuite, reprendre un bus et un Jeepney pour tout refaire dans l’autre sens. Longue journée en perspective. Faudra partir hyper tôt.
  • Prendre un van privé (une fortune)
  • Prendre un bateau (plus cher que la 1ère solution mais bien moins que la 2ème

Nous avons opté pour cette 3ème solution. Belle balade de 45 minutes en bateau. Mieux que le Jeepney. Vous y croyez. En tout cas, San Vincente nous a fait dès le début une super bonne impression. Rien que le port est mignon. Je sens que l’on va s’y plaire.

Cette fois-ci, nous avons opté pour un logement plus cher et de meilleur standing qui nous a été conseillé par des supers amis.

Cela va nous faire du bien d’être dans un endroit un peu plus sain car John et moi avons des infections sur les jambes qui ne sont pas belles du tout (merci les sand flies, la chaleur et l’humidité)

Près du supermarché, il y a de quoi se restaurer. C’est comme une grande place rectangulaire et tout autour il y a différents restaurants ou marchands ambulants qui font cuire des brochettes. Nous, nous sommes assez friands des brochettes aux intestins de poulet !! C’est sûr, dis comme ça, ça ne donne pas forcément envie. D’ailleurs, inutile de vous dire qu’avant de faire goûter aux enfants, on ne leur avait pas dit ce que c’était. C’est psychologique.

Sur cette place, autant vous dire que nous sommes entourés de locaux. C’est ce qui fait tout son charme! Du coup, nous avons pris l’habitude de nous y arrêter tous les jours en fin d’après midi. C’est un peu le rendez vous des habitants du village. On y trouve des enfants qui jouent aux échecs, des parents qui se retrouvent, des locaux qui prennent l’apéro, des gens qui viennent manger ou juste prendre un en-cas. Et nous, on adore cet endroit

Sur la dernière photo : Sièges arrières !! Au top !! Le Phillipin est très système D. Par contre pour la sécurité…

L’autre jour, nous avons loué des mobylettes et sommes allés visiter les environs. Ça nous a fait du bien de partir en mobylette. Ça ne nous était pas arrivé depuis Bali. Alors là, rien à voir avec Bali. Les routes (chemins ou pistes seraient d’ailleurs plus justes) sont plutôt en (très) mauvais états. Le gros avantage c’est qu’il n’y a quasiment personne et aucune voiture. Du coup, c’est très agréable de se balader en mobylette.

Autre avantage qui n’en est plus vraiment un pour nous, c’est la conduite à droite!! Après 4 mois de conduite à gauche (entre l’Australie et Bali), cela nous a presque fait bizarre. Objectif de cette virée à mobylette : visiter les villages et les paysages environnants mais également aller voir la 2ème plus grande plage d’Asie (14km). Alors, les Philippins sont supers fier mais, par contre, aucun d’eux ne connaît la plage qui arrive en 1ère position!!

Du coup, je me suis renseigné (merci Google !!) et à priori la plus grande des plages se trouve au Vietnam à Phu Quoc (20km). Ces 2 plages ayant le palmarès ont le même nom … Long beach… Original, non. Pour avoir fait les deux, j’aurais une préférence pour celle de Palawan qui est beaucoup plus sauvage. Celle de Phu Quoc a maintenant pleins de resorts en bord de mer alors que celle de Palawan est encore vierge. Mais pour combien de temps ?

Cette journée balade était un pur plaisir. Nous l’avons d’ailleurs terminé sur notre fameuse place donnant sur le port pour se sustenter… avec des brochettes aux intestins de poulet.

No Comments Yet

Comments are closed

commodo felis ut id, non Aliquam in Donec massa dolor amet,