Les plages sur la presqu’île de Bukit – Episode#10 & FIN

Alors, nous sommes toujours à Bali et pour un bon moment. Nous sommes allés à l’immigration pour proroger notre visa. Cela dure normalement 15 jours avec un rendez vous toutes les semaines (photo, empreintes…).

La fête, c’est Galunga

C’était sans compter les fêtes ou du moins la fête qui dure … 10 jours ! Du coup, l’administration est sérieusement ralentie.
Donc, la fête, c’est Galungan, qui commence à partir de la veille ( ben oui, 10 jours, c’est pas assez, autant commencer la veille ! )
Galungan célèbre la création de l’univers et commémore la victoire du bien sur le mal, « dharma » contre « adharma ». Elle se déroule dans les temples familiaux où les ancêtres rendent visitent à leur famille.


Après les 10 jours de Galungan, les balinais fêtent Kalungan. Les esprits des ancêtres quittent le temple de la famille. Ils profitent également de cet événement pour purifier les objets de culte.
Du coup, toutes les rues sont décorées de penjor ( arches de bambou décorés de feuilles de coco ). C’est assez festif !
Sinon, nous sommes allés souvent prendre l’apéro aux couchers de soleil au «Uluwatu sunset point»!
Vu sur les falaises d’Uluwatu alors que tu es « affalé » ( y a pas d’autre mot ! Mais c’est super confortable ! dans des poufs ! )
Le plus dur, c’est de se relever. A cause des poufs bien sûr !
Qu’allez-vous vous imaginez !


Après Galungan et Kalungan, la prochaine fête, est dans un mois. On n’était pas mécontent d’y échapper mais on s’est rendu compte que selon nos calculs, on serait de retour à Bali pour prendre l’avion le lendemain. Cette fête, c’est le nouvel an Balinais (Nyepi).

Vous allez me dire, c’est génial de faire le nouvel an Balinais à Bali !
C’est d’ailleurs ce que je m’étais dit … au début. Nyepi veut dire « silence ». Ça vous dit quelque chose.
Du coup, c’est le silence à partir de minuit jusqu’à minuit le lendemain. C’est une journée de méditation, un moment pour faire une pause et libérer son esprit des émotions négatives. Ce silence de 24 heures a également pour but de faire croire aux démons que l’île est déserte  pour qu’ils ne reviennent pas déranger ses habitants. C’est pour cela que pendant 24 heures, il est formellement interdit de sortir dans les rues, d’allumer un feu, d’allumer les lumières, de travailler  et même de s’amuser. Ça va être drôle non ?

Ces règles s’imposent à tous, Balinais comme étrangers (et oui, on n’y échappe pas, tout le monde à la même enseigne.)
Nyepi est l’occasion d’affirmer le nationalisme balinais face à la modernité enivrante qui gagne l’Indonésie (et pas que l’Indonésie, d’ailleurs !). Bali s’isole donc du reste du monde ce jour-là et chose exceptionnelle, même l’aéroport est fermé (sauf en cas d’urgence).
Heureusement, la veille et quelques jours avant, c’est grosse fête (Melasti) avec offrandes à Gogo pour apaiser les puissances maléfiques, parades populaires avec défilés de « Ogoh ogoh » (monstres de papiers mâchés fabriqués par les familles la plupart du temps)
Comme dit Dan, ils font tellement la fête, qu’ils ont besoin d’une journée entière pour s’en remettre ! Pour bien faire, faudrait presque 2 jours de Nyepi !
Pitié, non, pas deux jours de silence à ne rien faire, je vais craquer !
Vous voyez maintenant pourquoi je ne suis pas si contente que ça d’être à Bali pour le nouvel an Balinais ! Melasti, je veux bien mais pas Nyepi !
Bon, c’était la séance culturelle, j’espère que je ne vous ai pas perdu !

Un petit tour de pratiquement toutes les plages sur la presqu’île de Bukit.

Nous avons  fait un petit tour de pratiquement toutes les plages sur la presqu’île de Bukit.

Petit échantillon visuel.
La suivante c’est Pantaï « Padang Padang » côté plage payante avec tous ses singes à l’affût ! Sur le parking, ils volent tout ce qui est à portée de main !
Il y a aussi la plage Pantaï « Padang Padang » côté gratuit.
Valentin aime y faire du bodyboard.
Pantaï « Nusa Dua »
Mais notre préféré, celle où on a passé le plus de temps, c’est Pantaï « Uluwatu ».
D’une part parce que Valentin y était tout le temps ( vagues entre 2 et 4 mètres quasi tout le temps ) et d’autre part parce qu’il y avait de sacrés bons surfeurs qui faisaient le show. Inès insistait toujours pour aller à cette plage. Je me suis demandé si ce n’était pas à cause des bons… Euh plutôt beaux surfeurs tous bronzés.
Elle nous dit que non ! … J’ai quand même un gros doute.
En tout cas, le spectacle est bien sympathique en sirotant de bons jus de fruits frais.
On s’en est mis pleins les yeux ( du show bien sûr, pas des surfeurs … quoique.)

Sur cette plage, faut faire hyper attention. Il y a aussi des singes  mais ceux là sont plus discrets donc beaucoup plus dangereux car on ne s’en méfie pas.
L’autre jour, on était en conversation WhatsApp avec les Australiennes qui venaient de rentrer chez elles pour nous dire qu’elles étaient bien arrivé. Pendant la conversation, j’ai senti que l’on me retirait mes lunettes de vue. J’ai tout de suite pensé à une blague d’Inès. C’est quand je l’ai entendu dire « maman, il t’a piqué tes lunettes ! » que je me suis rendu compte qu’il y avait un hic !! Je me retourne vivement (mais bon, face à l’habilité et la rapidité d’un singe j’ai vite eu l’impression d’avoir l’allure d’un escargot!). Le temps de tourner la tête donc, il était déjà monté sur le balcon d’un bâtiment en train de tordre mes lunettes dans tous les sens et de les grignoter ( il doit quand même avoir sacrément faim pour en arriver là )

L’accès au balcon est un accès privé mais bon, y a urgence là, non
Je me retrouve face à lui. Il tient toujours mes lunettes. Les branches ne ressemblent plus à rien mais je me dis que si je récupère quelques bribes de lunettes, je pourrais toujours faire marcher l’assurance ! C’était sans compter la persistance du singe !! Quand il s’est rendu compte que je voulais récupérer mon bien, il s’est rué vers moi en me montrant ses dents et est allé un peu plus loin ! N’en menant pas large, je suis redescendue en vitesse face à l’air outré de Dan !
« Ben, et tes lunettes ? Tu ne les a pas récupérés ? »
Comment lui expliquer qu’un singe 3 fois plus petit que moi m’a foutu la frousse en me montrant ses dents ( jaunes les dents, je précise car c’est important, non ? Il a peut-être des maladies ? )

Vexée, je lui dis d’y aller lui même s’il se sent plus fort ! Bon, vu qu’il y est allé d’un air conquérant, le singe a du voir qu’il n’aurait pas le dernier mot et s’est enfui… avec mes lunettes, bien sûr !
J’ai quand même un gros doute pour l’assurance ! Je me vois bien leur dire:
« Mais si, je vous assure, je me suis fait voler mes lunettes par un singe ! C’est insensé, pourquoi vous ne voulez pas me croire ? »

FIN DE L AVENTURE.

Cet article sur les voyages de la famille de Daniel se terminent avec l’épidémie de coronovirus car après plusieurs jours d’attente et de billets achetés et annulés, ils sont officiellement rapatriés par la France ! Aprés avoir échappé aux feux d’Australie et au volcan en Asie, ils ont éte bloqués sur cette île et rentrent à cause d’un virus….tout petit microbe mais pas sans de lourdes conséquences.

Pourquoi ai -je suivi cette famille pendant leur voyage au tour du monde ?

Pour un besoin d’aventures, un besoin d’exotisme, un souvenir de plages lointaines et si colorées, une envie de loin ! Dans un quotidien depuis janvier qui est entre froid et mauvaise nouvelle. Par ailleurs j’ai rencontré Daniel en cours de gemmologie et ca crée des liens et ce voyage a fait toute mon admiration. Je remercie TOUTE SA FAMILLE pour ces cartes postales si colorées, des couchers de soleil torrides ! MERCI !

No Comments Yet

Comments are closed

luctus Aliquam ultricies ipsum libero quis, commodo sem,